30 juillet 2008

12# Si tu me quittes c'est moi qui m'en vais

Dans le monde de la politique de notre cher et beau pays, on peut dire sans langue de bois, qu'il y règne un doux parfum d'hypocrisie et de trahison, où les coups bas sont devenus l'activité ludique préférée de nos  magiciens en herbe. Comme on l'a vu précédemment, même le roi en personne en a fait un art de vivre et il ne se passe pas une journée sans qu'il assène un bon et franc coup bas, à un de ses adversaires ou à un de ses collaborateurs. Remarquez, pour lui et au vu de sa taille, il lui est quand même plus facile d'atteindre les parties génitales d'un concurrent, vu que la plupart du temps, il est a la bonne hauteur. Il faut dire que parfois, la nature fait bien les choses et du coup, on peut le dire sans ambages, que le "petit homme" excelle au moins dans un domaine, car pour le reste et ce pourquoi il a été élu, on repassera, à défaut que lui ne repasse pas. Quoique, peut être que certains dans le peuple affectionnent les coups dans les balloches et prennent un malin plaisir à se les faire remonter jusqu'aux amygdales. La preuve en a été faite, car ils n'auraient pas été aussi nombreux à le plébisciter et à l'installer sur son trône. A chacun ses plaisirs !!!!!

Et l'opposition dans tout ça me direz-vous ? Et bien c'est simple, elle se cherche. Du reste, nous aussi on la cherche encore. Mis a part la séparation entre Ségolaine, que l'on prénomme maintenant Ségol-haine depuis sa défaite aux élections, et François, que l'on continue à appeler François, il n'y a pas grand chose à dire de particulier si ce n'est quelques trahisons au sein de la confrérie des éléphants. Ha, les éléphants et leurs tronches de premiers de la classe, quel bonheur dans ce paysage sinistre du monde politique, où il règne une ambiance de franche rigolade et de camaraderie exacerbée. Ils passent plus de temps à s'envoyer des méchancetés, qu'à faire ce qu'ils doivent faire. En théorie, leur boulot c'est de s'élever contre toutes les injustices sociales dont le peuple est victime. Mais non, ils s'évertuent à perdre leur temps dans des luttes intestines complètement stériles, pendant que le "petit homme", lui, passe son temps à faire avaler des couleuvres à une bande de naïfs qui continue à faire confiance à un individu aussi franc qu'un tesson de verre.

Mais il y a pire encore. En effet, au sein même du troupeau des éléphants, on trouve des félons qui ont l'appétit aussi surdimensionné que leurs ambitions. Cela doit être pour cette raison que l'on dit qu'ils vont à la gamelle, afin d'assouvir leur boulimie au niveau du pouvoir. En définitive, ils ne valent pas mieux que celui qui les racole, si vous voyez ce que je veux dire. Mais faisons un peu le tour du troupeau par une petite revue d'effectif.

En premier lieu on trouve celui qui s'est permis le luxe de dire à Ségol-haine : "si tu te présente aux élections, c'est qui qui va garder les gosses !!!". L'auteur de cette remarquable réflexion n'est autre que Laurent FALLUS, le plus jeune premier sinistre de l'histoire de la république. On sent bien dans son propos, tout son désir, qu'il y est en politique ce que l'on nomme précisément dans les milieux autorisés, la parité homme-femme. Un vrai démocrate celui-là. Dire qu'il aurait pu devenir magicien chef à la place du "petit homme". Mais l'histoire n'en a pas voulue ainsi, et aujourd'hui, il passe plus de temps à faire de la moto qu'à oeuvrer pour le bien du peuple. Je vous le dit, nous avons à faire à des hommes de convictions.

En second, on retrouve l'ancien sinistre de la culture sous le règne de maître FRANCOIS, dit tonton, le vénérable Jak LECHE. Lui, il va où le vent souffle, surtout quand celui-ci souffle dans la direction de ses intérêts. C'est un mec qui va essayer de nous faire croire qu'il va défendre les gueux, tout en vivant comme un baron dans un château. On sent bien chez lui aussi, toute la sincérité dans ses convictions et dans son discours au cours des meetings et des plateaux télés. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant de le voir flirter aujourd'hui avec son ennemi d'hier, qui est le "petit homme". Et oui encore lui. Il aurait du être à l'époque sinistre de la félonie plutôt que de la culture. Mais bon, il n'y a pas de petit portefeuille et comme à bien mal acquis ne profite qu'à soit, lui il a laissé ses convictions au placard et a préféré le porte monnaie aux idées. Là aussi on a eu chaud, il aurait pu être à la place du roi. Pour l'heure, il continue à trahir ses pairs, et comme c'est ce qu'il sait faire le mieux, on ne devrait pas en pâtir.

Pour finir ce petit tour d'horizon, je vais terminer cette petit présentation par le plus doué de la bande : Dominique TROP-SCANNE. Le calculateur du groupe. Lui aussi aurait bien aimé avoir la place du chef, mais bon, il s'est fait devancer par son amie Ségol-haine au cour des primaires à gauche. Ha oui j'avais oublier de vous préciser que le "petit homme" était un homme de droite, même s'il n'est pas forcement droit. D'ailleurs, pour un homme de droite, je trouve qu'il a les idées courbes. Mais revenons à notre mathématicien de service. C'est un personnage qui avait l'avenir devant lui. Charmeur, beau parleur, uni à une superbe journaliste de télévision, il avait tout pour réussir. Une erreur de trajectoire suite à un mauvais calcul, a fait chuter ses ambitions et il a du de fait s'incliner face à une moins bonne calculatrice mais bien meilleure manipulatrice que lui. Comme quoi, il ne suffit pas de bien parler pour réussir, il faut également convaincre et lui n'a fait que parler parler parler au point ou on a fini par le surnommer "la cigale". Suite à cette défaite et au vue de son chagrin, le "petit homme" a senti là une bonne opportunité de le débaucher de son parti en le ralliant à sa cause, qui je le reprécise n'est pas la même. En deux temps et trois mouvements, ce fut fait comme le remplissage et l'encaissement d'un chèque bancaire, le bon Dominique fut nommé en poste de responsable au FMI (fond monétaire international). Depuis, son entourage qui s'est sensiblement réduit, a tendance à lui tourner le dos, sans pour autant se baisser, compte tenu du fait qu'il a fait alliance avec l'adversaire politique. On ne peut blâmer son entourage, d'autant qu'a force de chanter, la "cigale" du rendre visite à son nouvel ami le FMI, à qui il alla crier famine.

Moralité : quand les amis de tes ennemis deviennent tes amis, tes amis qui étaient les ennemis de tes nouveaux amis, deviendront assurément tes nouveaux ennemis pour mieux faire amis amis avec tes anciens ennemis.

Vive la France, vive la république, vive la politique, et surtout faites en sorte de toujours avoir des yeux derrière la tête afin de discerner les contre façons.

Posté par toutou821 à 11:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur 12# Si tu me quittes c'est moi qui m'en vais

    sitôt revenu
    t'es repartu????

    Posté par zabelle, 24 août 2008 à 19:00 | | Répondre
Nouveau commentaire