07 juillet 2008

11# Coucou me revoilou

Tout d'abord, je voudrais m'excuser auprès de mes fidèles lecteurs et lectrices de l'absence dont nous avons été tous victimes. Ne vous inquiétez pas je n'ai pas été victime d'un redressement "fliscal", mais plutôt d'une mise au repos forcé. En effet, j'ai voulu vérifier une des promesses de notre cher magicien chef, "le petit homme", "le travailler plus pour gagner plus". Hé bien, si cette année j'ai réussi à travailler plus, tout ce que j'ai réussi à gagner en plus c'est de me reposer plus. Complètement absurde me direz vous, complètement raison vous avez. A quoi peut bien servir de travailler plus, si c'est pour se reposer plus, alors qu'il suffit simplement de travailler normalement, pour se reposer normalement. Pourtant, j'en ai fait l'amère expérience et j'ai pu de fait, goûter aux joies de l'absurdité. Quel bonheur de pouvoir participer à la connerie collective et d'être pris une  fois de plus pour un abruti de service.

De par cette expérience, j'ai voulu me mettre dans la peau d'un des sympathisants du petit homme, qui a voulu croire l'incroyable et qui a du mal à s'asseoir maintenant. Il est vrai que depuis le mois de Mai d'une certaine année, j'ai de plus en plus de mal à m'asseoir normalement. Mais il est vrai aussi que tout les cinq ans, cette même douleur revient se fixer au même endroit, malgré les multiples onguents et promesses que tous les magiciens chefs qui se sont succédés, nous ont prédit et prescrit au cours de leurs campagnes électorales respectives. Que le petit homme se rassure, il n'est pas le seul et bien d'autre avant lui, nous ont pris pour des cons et il n'aura pas l'exclusivité, malgré son ego surdimensionné, du foutage de gueule et de l'omission caractérisée.

Je vous l'ai déjà dit, on a à faire à des professionnels de la promesse non tenue et du racolage en tout genre. Ils sont passés maîtres dans l'art de la politique de la carotte et s'exécutent aussi bien que l'ânier qui veut faire avancer son âne. Sauf que là, ils doivent faire avancer soixante cinq millions d'ânes et que le stock de carottes est bien évidement proportionnel au nombre de baudets à faire avancer. Vous comprendrez de fait, que la tache n'est pas aisée et que l'on ne s'improvise pas producteur de carottes, meneur d'ânes et illusionniste du jour au lendemain. Cela demande d'abord d'avoir une longue expérience d'âne et ensuite d'avoir un sentiment de culpabilité quasi inexistant. C'est le genre d'individu qui quand il vous serre la main, vous avez tout intérêt à recompter vos doigts. Ils ne sont pas voleurs les mecs mais bon, de là à leur faire confiance, il y a tout de même des limites à ne pas dépasser. Pourtant, on continu à leur offrir des mandats afin qu'ils nous mènent tel le berger qui amène son troupeau paître sur les estives. On sait à la fin qui c'est qui finit aux abattoirs.

Moralité dans tout çà me direz-vous ? Hé bien c'est simple. A la fin de l'histoire, il vaut mieux finir comme un âne et avoir une carotte en guise de récompense à se mettre sous la dent, plutôt que de finir comme un con à se bercer ou se faire bercer de ses propres illusions et avoir le ventre vide. Si nous on a la tête bien pleine, l'âne lui en tout cas, il a le ventre plein et comme on dit, ventre affamé n'a pas d'oreilles et ventre plein n'en a pas plus. Donc la seule différence qu'il y a entre un âne et nous, c'est simplement la longueur des oreilles car pour le reste, il n'y a pas grande différence, du reste nos chers magiciens (c'est vrai qu'ils sont chers) l'on bien compris.

Je suis de retour et nous allons pouvoir poursuivre ce qui a momentanément été interrompu, et continuer à médire sur la vie de nos magiciens, qu'ils soient chefs ou bien sous fifres. A ciao.

Posté par toutou821 à 14:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur 11# Coucou me revoilou

    hihan hihan hihan!!!

    Posté par zabelle, 21 juillet 2008 à 22:00 | | Répondre
Nouveau commentaire