10 avril 2008

5# Les jolies colonies de vacances

A son retour de vacances organisées par l'agence de voyage "la croisière s'amuse pendant que les autres transpirent", le petit homme avait l'air tout triste. En effet, il ne supportait plus de voir autour de lui des gens souffrir. Le faciès grimaçant de personnes de sa cour, se tordant de douleur en dégustant du caviar ou bien en sirotant du champagne trop gazeux, lui renvoyait cette triste réalité que la souffrance n'était pas une illusion mais bien un fléau qu'il lui faudrait éradiquer. Pour ce faire, il décida de prendre le problème à bras le corps, ce qui ne fût point facile au vue de la petitesse de ses membres supérieurs. Il s'exprima alors devant ses cons-disciples en leurs disant : " je serais le magicien de la France qui souffre", et il s'exécuta.

Fort de ce discours, il prit quelques mesures qui s'imposèrent. Tout d'abord, il baissa l'impôt sur les grosses fortunes. Ensuite, il veilla à ce que le caviar ne soit point trop salé et que le champagne, fût moins piquant. Pour finir et au vue du préjudice commis, il décida d'un commun accord avec lui même, d'augmenter son salaire de 150 %. Ces mesures furent accueillies avec l'approbation de ses pairs et dans une liesse populaire incommensurable. De part la mise en place de ces mesures, il venait de tenir une des promesses faite à sa cour et il venait par là même justifier tout le bien fondé de sa démarche auprés de ceux qui souffraient horriblement du manque de goût et de tenue de ses réceptions. L'homme est de paroles et d'actions pour les uns et l'homme est de paroles et de paroles pour les autres.

Le peuple d'en bas accueilli tièdeusement ces mesures et manifesta sa désapprobation en défilant sur les boulevards de certaines bourgades du royaume. Au vue de la grogne générale, "le petit homme" tint à rassurer tout le monde. Il exprima sa solidarité avec ceux qui n'avaient que les yeux pour pleurer et leur fit la promesse, qu'il distribuerait des mouchoirs en papier à tout ceux qui en auraient besoin. Il promit aussi de ne pas jeter les restes (de caviar) et qu'il les reverserait aux plus nécessiteux. Mais de restes, il n'y en eut point et la grogne persista. En effet, les individus de son rang que l'on appelle les "barons" avaient un gros appétit et n'étaient pas disposés à partager et encore moins à laisser des miettes aux serfs, qu'ils exploitaient tout au long de la sainte journée.

Le peuple des "lèves-tôt" fit entendre sa voix et ce fût en toute démocratie que "le petit homme" décida une nouvelle fois d'augmenter ses effectifs d'arquebusiers, pour faire taire ces plaintes à grands coups de baguettes (pas de pains malheureusement). Quand l'ordre (pas juste celui-là) fut rétabli, notre magicien en chef prit la sage décision d'aller à la rencontre de son peuple afin de l'écouter et de le rassurer à grands coups de promesses, ce qui fait quand même moins mal que les coups de baguettes, quoique.

Ceci dit, le point commun qu'il y a entre les coups de baguettes et les promesses non tenues, tient bien dans le fait que le lendemain, on a beaucoup de mal à s'asseoir, si vous voyez ce que je veux dire. Si vous ne voyez pas, je vous conseille de trouver un bon opticien ou bien une paire de jumelles.

Mais revenons à notre magicien qui alla de fait, se promener dans son royaume pour faire connaissance avec ses électeurs. Le peuple l'accueillit en agitant ses chaînes et lui fit une haie d'honneur (faute de bras) en reprenant en coeur une chanson populaire qui s'appelle : "parole parole parole, écoute moi". Le petit homme repartit dans son château moins triste qu'au début de l'histoire et se promit de faire des promesses qu'il se promettrait de ne pas compromettre (comme d'habitude).

En conclusion et moralité, "le petit homme" su retenir la leçon de cette expérience et se promit de faire en sorte que dorénavant, les riches auraient de la nourriture et les pauvres de l'appétit. Après tout c'est toujours mieux que rien et rien c'est toujours plus que pas du tout, alors de quoi ils vont se plaindre ces "lèves-tôt". 

La suite à la prochaine promesse non tenue, bye bye. 

Posté par toutou821 à 17:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur 5# Les jolies colonies de vacances

    Du moment que son champagne pique moins.... que demander de plus ?!?
    Biz

    Posté par Valérie, 18 avril 2008 à 10:46 | | Répondre
Nouveau commentaire